Projet réalisé avec Lili Szabo

Matthis Carbonnier

UNE NOUVELLE VIE POUR LES PERSONNES ÂGÉES
Nous pensons que les personnes âgées ont besoin, pour leur maintient en bonne santé et leur qualité de vie d’un environnement actif et varié. Ainsi l’activité, la sociabilité et la stimulation sont au coeur du projet pour la vie des résidents. Le projet n’est pas une réponse compacte et fermée, mais un archipel, mélangeant espace public, crèche, logements, librairie, espaces de soins et agriculture urbaine. Toutes ses activités vont permettre une intégration parfaite des résidents à la vie urbaine. Les résidents pourront avoir une vie un peu plus autonome. Le projet est situé en voisinage d’une crèche, les résidents du centre d’accueil auront donc des ateliers avec les enfants, dans leur espace polyvalent ou bien, sur le parvis, partagé en journée avec les enfants de la crèche. En toiture du bâtiment à patio, des jardinières pensées pour des personnes à mobilité réduite, permettent de faire pousser des fruits et légumes. Cette agriculture est non seulement le moyen d’offrir une nourriture fraîche et de qualité aux résidents, mais aussi de maintenir en activité ces personnes, c’est de l’agrithérapie. On peut aussi imaginer que certains de ces produits puissent être vendus sur la place qui pourrait accueillir un marché. Comme il existe beaucoup de profils différents dans ce type d’établissement, plusieurs typologies différentes, selon le niveau d’autonomie. Pour les personnes en couple, les logements pourront se jumeler de sorte à en former plus qu’un. Les patios, les terrasses et la place sont considérés comme étant les espaces de réunion et de rencontre des différents résidents.

Matthis Carbonnier Matthis Carbonnier

DÉMARCHE URBAINE
La parcelle est située entre le Boulevard Voltaire et le Boulevard Richard Lenoir à Paris. Ce sont deux axes majeurs de la capitale, et ce grand espace est actuellement en friche, en attendant la construction de l’espace Truillot. En bordure de cet îlot, une crèche de 60 berceaux a été construite en 2014. Nous proposons de lier les espaces publics, mais aussi certaines activités entre la crèche, la résidence et le reste de la ville. La taille de la parcelle permet de libérer un espace public généreux en coeur d’îlot qui vient relier ces deux boulevards, dans la continuité du square Saint Ambroise. Cet espace public peut parfois être investi comme place de marché. Il est aussi un espace de jeux pour les enfants du quartier et de la crèche. La continuité avec les façades minérales des boulevards haussmanniens est opérée par deux « murs » épais. A l’est, ce bâtiment longitudinal à la façade de béton accueille le pôle soins ainsi que l’administration. A l’ouest, ce bâtiment regroupe une librairie ouverte à la fois sur le boulevard Richard Lenoir, ainsi que sur le coeur d’îlot et l’immeuble de logements préexistant. Ces caractéristiques donnent une identité forte au projet. Cette perturbation dans le tissu haussmannien offre un espace privilégié dans une zone très dense de la ville, l’espace public proposé n’a pas la même typologie. Cette place, plus introvertie, est bien différente du centre du boulevard Richard Lenoir ou du square Saint Ambroise, qui sont très ouverts et en relations directes avec des voies très passantes. Ensuite, à l’intérieur de l’îlot on retrouve les pôles de vie et de logement. Une série de maisonnettes en bandes, avec des jardins, permet aux résidents les plus autonomes de trouver un mode de vie calme et intime tout en
étant à grande proximité des soins et du personnel. Ensuite un grand bâtiment en U avec un patio central vient se rattacher au pôle de soins. Cette typologie bâtie permet de séparer les soins parfois pesants pour un résident, de la vie quotidienne.

Matthis Carbonnier

PARTI ARCHITECTURAL
Comme nous l’avons exposé précédemment, le projet se caractérise par un ensemble de plusieurs entités : Le « mur épais » du pôle soins, le « mur épais » de la librairie, le bâtiment à patio et les maisonnettes en bande. Les « murs épais » : Ce sont deux bâtiments placés en bordure de parcelle, en façade directe sur les boulevards. Ils permettent d’accueillir des fonctions connectées aux logements. Leurs façades reprennent des éléments de composition et d’alignement avec les façades qui les entourent. Leurs murs en béton brut assument la minéralité des façades parisiennes. Dans ces murs, de grandes portes épaisses sont creusées pour donner l’accès au coeur de l’îlot et l’espace public qui s’y trouve. Les façades très sobres, aux percements nets sont assez abstraites. Le
passage à travers ces «murs» permettent de se libérer de l’activité de la ville pour entrer dans un coeur d’îlot plus paisible, luxuriant et animé. Le « mur épais » du pôle soins : Le pôle soins, est organisé en longueur avec un grand couloir qui permet en même temps de distribuer les diverses salles mais également de créer l’interface avec le bâtiment de logement à patio. Le bâtiment montant sur 4 étages, il a une échelle urbaine lui donne de la cohérence par rapport à son contexte. De grands percements, de toute hauteur, voire de double-hauteur, génèrent de nombreuses terrasses, lieux de convivialité ou de repos à la fois pour les personnes âgées, les familles et les employés. Le « mur épais » de la librairie : cette partie concentre des programmes externes à l’accueil des personnes âgées mais qui viennent renforcer la convivialité et la coexistence de différentes activités pour leur cadre de vie. Une librairie, ouverte en même temps sur le boulevard Richard Lenoir et le cœur d’îlot est créée. Le mur continue ensuite pour englober un immeuble de logements existants, puis vient se plier une dernière fois pour créer la deuxième porte du parc. Le bâtiment à patio : Ce bâtiment est le cœur de vie du centre. Il regroupe la majeure partie des appartements. Il a une forme en U, autour d’un patio et est connecté directement avec le pôle de soins. En rez-de-chaussée, il a un grand réfectoire qui a une double transparence sur la place et sur le patio. Le réfectoire, très libre, peut à la fois servir aux repas, mais également en milieu d’après-midi à accueillir les enfants de la crèche pour des ateliers. Autour du patio, on trouve de part et d’autres deux bandes de logements, en r+1 et en r+2. Chaque appartement a un petit espace de terrasse, et le patio leur permet un éclairage et une ventilation naturelle. Ces terrasses peuvent avoir une fonction totalement privée ou bien s’ouvrir pour lier des logements et accueillir son voisin pour le repas Etc… Le patio est conçu comme un espace d’intimité intermédiaire, réservé aux résidents, il leur permet de passer du temps ensemble. La partie nord du bâtiment a une toiture terrasse accessible sur laquelle sont installées des jardinières pour la culture de fruits, de légumes et de plantes aromatiques. Cette mise à distance au centre de la parcelle, permet un ensoleillement propice à la culture. Ce bâtiment, en opposition aux « murs épais », a une structure en bois, de grandes surfaces vitrées réglables par des stores. La façade nord est rythmée par des bardeaux de bois, dont l’alternance des espacements permet de réduire ou augmenter la transparence sur l’espace public. Les maisonnettes en bande : ces maisonnettes, avec leur petit jardin, sont destinées aux résidents les plus autonomes. Ainsi elles sont à la fois en proximité immédiate des installations de soins, du réfectoire et accessible au personnel de soins bien qu’elles permettent une certaine indépendance. Les appartements sont un peu plus grands et peuvent également facilement être reliés entre eux pour créer un appartement plus grand pour un couple par exemple. Les maisonnettes avec une structure et une façade en bois s’ouvrent sur de petits jardins.

Matthis Carbonnier Matthis Carbonnier

AMÉNAGEMENTS PAYSAGERS
L’aménagement paysager des espaces communs et publics est primordial dans le projet. Différentes ambiances, définies non seulement par leur composition paysagère, espaces perméables, espèces plantées, mais aussi par leur fonction et leur rôle social. L’entrée dans le parc coté nord est pensée pour vraiment ressentir la sortie de la ville pour rentrer dans le parc. Une fois passée cette arche très minérale on arrive dans un espace assez long largement planté. De part et d’autre, sur le mur et sur les bardages de la façade, grimpent des plantes telles que la capucine ou le jasmin. Au bout de cette allée, l’espace s’ouvre largement sur le parc. La place, en parvis devant le réfectoire et le flanc de la crèche, est un espace minéral et libre. Dans sa partie proche de la crèche, elle accueille des jeux pour les enfants, la place se prolonge jusqu’à la bordure ouest de la parcelle. Du réfectoire à la place, on a une continuité de sol, et les parois vitrées peuvent pivoter pour s’ouvrir complètement sur la place. Devant la longue façade de la crèche, un jardin foisonnant est crée où se mélangent pruniers, capucines, red aces sur un tapis d’herbe. Cette place en stabilisé peut aussi bien se transformer, selon les heures, en cour de récréation de la crèche, en parc ou en place du marché. Directement en bordure de la place, sont placées les maisonnettes avec leur jardin attenant. Ces jardins peuvent être aménagés au gré des habitants de fleurs, de buissons, d’arbres… La clôture n’est pas une rupture forte mais une palissade de filins métalliques qui disparaît sous la végétation. Dans le recoin formé entre les maisonnettes et la librairie est installée une petite terrasse qui est un espace calme pour les lecteurs et les habitants, agrémentée de plantes odorantes et esthétiques comme le jasmin, des dahlias et un tilleul. Au cœur du bâtiment de logement, un grand patio, espace de sociabilisation et de détente pour les résidents du centre, réservé pour eux. Dans la figure du cloître, sa périphérie est imperméabilisée alors que le centre est un jardin avec notamment des pruniers et de la deutzie dentelée. Sur le toit du même bâtiment est situé le potager. Cœur de l’activité des résidents, il permet de cultiver une grande diversité de plantes principalement en extérieur et également dans la petite serre, pour la cuisine ou à des fins thérapeutiques.

Matthis Carbonnier Matthis Carbonnier Matthis Carbonnier

ORGANISATION GÉNÉRALE
Les programmes sont organisés en trois entités, le pôle soins, le pôle logement et les activités publiques. Le pôle soins est situé dans le «mur épais» à l’est de l’îlot, il réunit les locaux d’accueil, d’administration ainsi que les salles d’activités adaptées et de gymnastique prévues pour la stimulation des résidents. Il est également ponctué de terrasses, destinées aux résidents, aux employés et visiteurs. Dans la partie centrale il y a l’entrée du centre, alors que les entrées au parc sont de grandes ouvertures dans les murs épais au nord-est et au sud-ouest. Il est directement connecté au pôle logement par sa circulation horizontale. Grâce à la présence des «murs épais», les logements sont mis à distance des boulevards trop bruyants. Le pôle logement est constitué des chambres, du réfectoire, ainsi que du potager sur le toit. Le réfectoire est un grand espace libre qui s’ouvre sur la place avec des portes à pivots. Le réfectoire est un espace polyvalent dans lequel peuvent aussi être organisés des ateliers avec les enfants de la crèche par exemple. Les chambres sont ouvertes sur le patio, avec des coursives-balcons qui permettent à la fois de profiter d’un espace extérieur
personnel paisible ou bien plus convivial. Le patio est un espace réservé aux usagers du centre où règne un sentiment de sécurité. Le potager est également un point important du projet. Comme nous l’avons déjà dit, l’activité est le facteur de maintien en bonne santé des résidents. Ainsi cette petite production permet au même temps de faire des activités stimulantes, d’apprendre, de faire ensemble ainsi que de produire une partie de la nourriture qui sera consommée dans le centre. Un peu à part du pôle logement, une partie des chambres sont dans les maisonnettes. Ces maisonnettes en bordures nord de la parcelle sont prévues pour les résidents les plus autonomes qui n’ont pas besoin d’un suivi permanent. Elles sont accompagnées d’un petit jardin, et peuvent être doublées pour les couples par exemple. La crèche placée au sud de la parcelle participe de notre projet. Construite en 2014 sur les plans de Gaëtan le Penhuel & Associés. La cour de la crèche est ouverte sur la place, et peut être ouverte selon les heures pour transformer la cour en parc, plus urbain. A l’ouest de la parcelle, sont placées la porte ouest du parc ainsi qu’un immeuble de logement et une librairie qui se trouvent tous deux dans le «mur épais». L’immeuble de logements est préexistant et conserve sa fonction, et à son côté est construite une librairie sur quatre étages, ouverte à la fois sur la rue et sur une terrasse en coeur d’îlot. La mixité des programmes au sein de la parcelle permet d’avoir une permanence d’occupation du site pour que les résidents ne vivent pas toujours en huis clos et puissent avoir une vie sociale. Le parc est également offert à la ville et permet par cette perturbation majeure du tissu haussmannien de créer du lien entre deux boulevards majeurs de Paris.

Matthis Carbonnier

MATÉRIAUX
Le choix des matériaux est très important. Il est dans la continuité de nos idées développées. La minéralité des façades est mise en avant en utilisant un béton brute de couleur grise. L’utilisation du bois dans la partie habitation offre de la chaleur pour les résidents. Ce matériau permet une bonne isolation thermique. Pour rester dans une écriture architecturale liée à la nature, les gardes corps sont en maillages métalliques fins, ce qui permet une transparence importante, en maîtrisant les coûts.

Matthis Carbonnier

LES LOGEMENTS
Une optimisation de l’espace est réfléchie pour les logements, cela va permettre, in fine de récupérer de la surface pour des espaces communs. Les chambres font approximativement 23 m². Chacune dispose d’un mur meuble qui va concentrer de nombreux rangements pour accueillir les souvenirs de toute une vie et d’un système de lit médicalisé repliable de sorte à pouvoir donner le choix aux résidents d’utiliser le lit ou le canapé. Ces personnes au cours de leur vie, ont pris des habitudes, l’habitude de recevoir de la famille, l’habitude de vivre dans des espaces assez généreux. En utilisant ce système, leur appartement peut avoir plusieurs fonctions, Cela peut être une vaste chambre, un salon, une salle à manger pour accueillir de la famille, Etc… Les appartements sont largement ouverts sur l’extérieur et leur balcon-coursive, ce qui accentue la perception de profondeur. Le dispositif est encore poussé plus loin puisqu’on peut ouvrir complètement les parois vitrées sur le patio et ainsi bénéficier d’une aération naturelle encore plus importante, ce qui offre de meilleures conditions de vie aux résidents pendant les durs mois d’été. Les logements sont accompagnés d’une salle de bain personnelle, en retrait de la pièce à vivre. Et dans les maisonnettes, une cuisine PMR est également à disposition.

Matthis Carbonnier Matthis Carbonnier Matthis Carbonnier Matthis Carbonnier Matthis Carbonnier

Remerciements à Danielle Carbonnier, cogérante de l’association Emanuelle à Chatelaillon plage et à Hortense, étudiante en ergothérapie pour leurs nombreux conseils qui nous ont été précieux. En effet nous avons pu échanger pour nous guider dans l’amélioration que l’on doit apporter dans ces lieux de vie pour personnes âgées.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s